Par-delà le beau, la simplicité tranchante

Questions – Réponses. Élève – Maître

Le sabre de Musashi

PAR_5594Nguyen Thanh Thien dans le Dojo Zen du Unjo An, l’Ermitage au-dessus des Nuages.

Valérie de Berardinis : Vous avez commencé les arts martiaux à 9 ans avec le Judo. Après plus de quarante ans votre étude est toujours aussi exigeante. Où trouvez-vous cette force dans l’étude?

Nguyen Thanh Thiên : L’étude rend fort. C’est cela les arts martiaux. Je ne m’intéresse pas aux disputes, aux querelles, au buzz. Je ne cherche pas à être populaire, à critiquer un autre, à semer la discorde. Le keiko est tellement exigeant que je ne trouve pas le temps de me disperser. Je vous réponds sur le temps de ma pratique… Ceux qui critiquent reculent ; ceux qui étudient, indifférents aux appels des modes et des chapelles, avancent. Hier, j’ai perçu dans une technique de bâton le geste du batelier. J’ai hâte de retourner au dojo pour approfondir.

Valérie de Berardinis : Qu’elle est…

View original post 688 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s