Apprendre à apprendre

Alexis Martin © 2016
Cours de Nguyen senseï au dojo de Vincennes. Photographie Alexis Martin © 2016

Lorsqu’on aborde les arts martiaux japonais, et particulièrement la Niten Ichi Ryu, il faut revoir sa manière d’apprendre. Les gestes inlassablement répétés et travaillés sont le socle de l’apprentissage qui se forge par le corps et non par l’esprit.

Chaque instant passé dans le dojo est prétexte à apprendre : écouter, observer, reproduire, corriger et recommencer. Une remarque faite à l’un par le senseï s’applique aussi à l’autre, l’esprit reste ouvert pendant que le corps apprend. Nous apprenons seuls et nous apprenons ensemble dans le même temps.

Depuis que Nguyen Thanh Thiên senseï nous a encouragés à suivre son exemple en partageant notre discipline au sein des groupes d’étude, au travers l’enseignement que j’apporte à mes élèves j’ai découvert une autre manière d’apprendre. Leurs erreurs, leurs progrès et leurs questions sont autant de pavés pour moi sur le chemin de l’étude.

Yanick Porchet

Publicités

Respectueux

047
Alexis Martin et Andrea Conti pratiquant le salut du Itto seiho.
Photographie de Gabriel Bennasar © 2016

Dans la pratique des arts martiaux, il est essentiel d’être respectueux. Respectueux du dojo. Respectueux envers le senseï, les sempaï et les kohaï.

Virgil Despouy

Apprendre de son sempaï

IMG_4997
Jahid Kouider, élève avancé à gauche de la photo, guidant un débutant au premier plan. Keiko au Gymnase de Saint-Brice sous Forêt. Aurore Lance © 2016

Respectez les pratiquants les plus gradés, soutenez les pratiquants les moins avancés.

Point 10 du Reishiki de la Hyoho Niten Ichi Ryu France

Aurore Lance

La prise du sabre, une emprise de vie

IMG_4891
Aurore Lance et Yanick Porchet, Jodan, Nito Seiho. Photographie William Tan © 2016

 

Pratiquer Niten pour rencontrer Musashi

Iwami Soke

Tel un tuteur permettant à un jeune plant de pousser droit, la prise du sabre tire le pratiquant vers le haut sur le chemin de sa progression.

Christophe BORG

Trouver par la pratique

26644914160_f855fa6be5_o
Aurore Lance, Itto seiho, Moji Gamae. Photographie de William Tan © 2016

Sans faux-semblants

Kenkyukai_C_Bizon_01
Christophe Bizon, Moji Gamae. Photographie Valérie de Berardinis © 2016

Soyez tranchants. Il faut que ce soit vrai.

Nguyen Thanh Thien senseï

Et pourtant il faut également éviter de blesser.
Cette citation de notre senseï est contextuelle, pas à prendre au sens strict, il s’agit d’une recommandation qu’il nous a faite lors du dernier keiko. Comme je l’ai comprise quand il nous l’a énoncée, elle signifie que chacun de nos mouvements doit être vrai et sincère. Et si nous nous efforçons de préserver la vie et d’être en toute chose bienveillant, la coupe est un geste martial, elle n’est ni mimée ni jouée, nous devons avoir la volonté, l’intention de couper. La photo illustrant l’article montre Christophe, un de mes sempai, en position de Mogi Gamae, sa posture et son regard témoignent de cette intention de couper, sans faux-semblants.

Yanick Porchet

Ensemble

Stage de sabre_Atelier Nomade, Cotonou
Keiko sur la plage avec les élèves de l’École internationale de Théâtre de Cotonou, Bénin. Photographie Frédéric Cadoux © 2016

Lors d’un des stages que j’ai donnés au Bénin, un des élèves s’est assis seul en 2e ligne au moment du salut. Cet isolement ne gêna personne parmi les élèves. Le manque d’unité et de cohésion du groupe m’a immédiatement dérangé physiquement.

Se rappelait à moi un enseignement de Nguyen senseï sur l’importance d’être attentifs les uns aux autres, de ne jamais laisser une personne isolée dans le dojo, d’unir nos forces. Et combien ce « ensemble » était une valeur forte au Japon. Cette fois, devant les élèves, je vivais cette notion dans mon corps. J’ai demandé alors aux élèves de reformer un groupe uni. Valeur qui prenait un écho particulier pour eux qui allaient vivre et apprendre ensemble pendant deux années.

Il est aussi essentiel de passer par le corps pour pénétrer la Voie des arts martiaux.

Nguyen Thanh Thien senseï
Extrait de Commentaires sur le Dokkodo, « Rechercher par le corps, Dokkodo 2.5 »

Valérie de Berardinis 

Face à l’inconnu

Atelier de Sabre à Multicorps_05.03.2016
Stage de sabre de la Hyoho Niten Ici Ryu à l’école de danse Multicorps à Cotonou, Bénin. Photographie Marcel Gbeffa © 2016

L’inconnu m’a guidée tout au long des deux stages que j’ai donnés au Bénin. Il m’a permis de me dépasser, de donner intensément, de faire appel à ma créativité. Mon esprit et mes sens sont restés plus que jamais en éveil  grâce  :

  • aux élèves que je rencontrais pour la première fois
  • à une culture que je connais mal
  • à des corps modelés par la puissance de la terre
  • à la transmission de techniques que j’étais la seule à connaître
  • à l’énergie que j’ai dû apporter pour créer la passerelle entre le Japon et l’Afrique
  • à l’enthousiasme de mon senseï, alors que je prolongeais ce qu’il a entrepris depuis plus de quinze années pour faire connaître au plus grand nombre la Hyoho Niten Ichi Ryu

Même si l’inconnu fait partie prenante de l’étude des deux sabres de Musashi, ces aventures béninoises m’ont ouvert les portes d’autres inconnus.

Valérie de Berardinis