Le chemin de vie

DSC_0104
Nito Seiho, stage de Saint-Brice-sous-Forêt. Photographie Alexis Martin © 2016

Un principe important des arts martiaux est la conscience de la possibilité de la mort. Le principe complémentaire est d’y répondre en cherchant le chemin de vie.

Nguyen Thanh Thien senseï

Alexis Martin

Publicités

Le temps juste

DSC_0116
Nito Seiho, stage de Saint-Brice-sous-Forêt dirigé par Nguyen Thanh Thien senseï. Photographie Alexis Martin © 2016

Ne vous précipitez pas, et ne soyez pas en retard. Soyez dans le temps juste.

Nguyen Thanh Thien senseï

Alexis Martin

En mouvement

Stage_STBrice_Niten_Ichi_Ryu_2016
Itto seiho, Vinod Sachidhanandam et Jérôme Roudier. Photographie Michel Guérin © 2016

Notre capacité à être en mouvement doit être gardée pendant toute la durée du seiho. Ni le corps, ni les volontés ne se pétrifient à aucun moment. Il n’y a pas d’attente : le mouvement est conservé à chaque instant.

Aurore Lance

Merci !

tora_buri_niten
Tora Buri, Itto seiho. Photographie Valérie de Berardinis © 2017

Samedi dernier, le 25 mars, Christophe Bizon et moi avons dirigé un stage commun aux groupes d’étude de Rungis et Dourdan, qui a réuni une vingtaine de participants avec parmi eux des élèves de notre senseï, des élèves de nos groupes d’étude, mais aussi des débutants en kenjutsu qui souhaitaient découvrir notre école. Nous avons mis en place ce stage sous l’impulsion de Nguyen Thanh Thiên senseï, et l’avons mené en gardant à l’esprit le respect de notre école et de notre senseï.

Christophe et moi tenons à remercier l’équipe de la mairie de Dourdan pour sa disponibilité et pour nous avoir mis une salle à disposition. Nous remercions Nguyen senseï pour sa confiance, son enseignement, et pour nous avoir incités à organiser ce cours commun. Nous remercions également ses élèves, nos partenaires de keiko, qui ont fait le déplacement et dont la valeur d’exemple a été particulièrement importante et appréciable. Notre gratitude va bien sûr aux élèves de nos kenkyukaï qui ont su montrer le sérieux de leur étude. Nous voulons aussi remercier les débutants qui sont venus découvrir l’école pendant quatre heures. De quelque horizon qu’ils soient issus, leur application à suivre notre enseignement et notre méthode a été précieuse. Pour finir, la liste des remerciements serait incomplète si nous ne citions pas M. Vaury, journaliste au Républicain, qui nous a fait le plaisir de sa visite pour un article.

Yanick Porchet

A l’identique

DSC_0011
Kodachi seiho au dojo de Vincennes. Photographie Alexis Martin © 2016

Lors d’un cours du mois dernier, Nguyen Thanh Thiên senseï nous a proposé un exercice particulier : il s’agissait de travailler par deux, l’élève le moins ancien devant suivre l’exemple de son sempaï et calquer tous ses mouvements sur les siens. J’ai trouvé cet exercice particulièrement difficile mais aussi extrêmement enrichissant parce qu’il en dit long sur notre école.

Au delà de sa mise en pratique, il invite chacun à connaître et à tenir sa place, il invite aussi à faire confiance à celui qui est plus avancé sur la Voie que nous suivons. En poussant la réflexion plus loin a posteriori, j’ai pris conscience qu’en m’efforçant de reproduire exactement les mêmes postures, les mêmes gestes, le même rythme et dans le même instant ce n’est pas seulement mon partenaire de keiko que j’appréhendais mais le dojo dans son ensemble.

Yanick Porchet

Inscriptions au cours commun Rungis-Dourdan

Stage_STBrice_Niten_Ichi_Ryu_2016
Christophe Bizon et Yanick Porchet, Itto seiho. Photographie Xavier de Kerdrel © 2016

Le cours commun aux Musashi kenkyukaï Rungis et Dourdan aura lieu le samedi 25 mars 2017 à la salle du Madre à Dourdan. Le cours est gratuit et ouvert à tous, les débutants sont les bienvenus pour découvrir le kenjutsu de Miyamoto Musashi.

Le cours sera assuré par Christophe Bizon et Yanick Porchet, responsables des groupes d’étude de Rungis et de Dourdan.

Horaires : 9h30 – 13h30 (possibilité de ne venir que les deux premières heures pour les débutants)

Lieu : Salle du Madre (Entrée 12 rue d’Orsonville, 91410 Dourdan, derrière le magasin Picard)

A prévoir :

  • Un kimono ou, à défaut, une tenue sobre et pratique (type survêtement)
  • Une bouteille d’eau
  • De l’énergie !

Inscription : pour vous inscrire ou pour toute demande renseignement, veuillez remplir le formulaire ci-dessous, n’oubliez pas de préciser en commentaire si vous souhaitez participer au cours complet ou simplement aux deux premières heures.

Cours commun Rungis – Dourdan

DSCN1665
Christophe Bizon et Yanick Porchet, Hasso Hidari et Hasso Migi, Itto seiho, au stage de février à Saint-Brice sous Forêt. Photographie Romain Rea © 2017

Suivant une suggestion de Nguyen Thanh Thiên senseï, un cours commun aux Musashi kenkyukaï Rungis et Musashi kenkyukaï Dourdan aura lieu le samedi 25 mars au matin.

Le cours durera quatre heures et sera animé conjointement par les responsables des deux groupes d’étude. Les élèves de Rungis et de Dourdan seront bien entendu présents, les élèves de Nguyen senseï et de tous les kenkyukaï sont les bienvenus, ainsi que les débutants souhaitant s’initier.

Soyez attentifs, un prochain article ce mois-ci vous permettra de vous inscrire et toutes les informations d’ordre logistique vous y seront communiquées.

Christophe Bizon et Yanick Porchet

Mettre de l’énergie dans son regard

françois_sassen_1
Sassen, Itto seiho. François, élève débutant du groupe d’étude du gymnase Ortolan. Photographie Alexis Martin © 2016

Apprendre à apprendre

Alexis Martin © 2016
Cours de Nguyen senseï au dojo de Vincennes. Photographie Alexis Martin © 2016

Lorsqu’on aborde les arts martiaux japonais, et particulièrement la Niten Ichi Ryu, il faut revoir sa manière d’apprendre. Les gestes inlassablement répétés et travaillés sont le socle de l’apprentissage qui se forge par le corps et non par l’esprit.

Chaque instant passé dans le dojo est prétexte à apprendre : écouter, observer, reproduire, corriger et recommencer. Une remarque faite à l’un par le senseï s’applique aussi à l’autre, l’esprit reste ouvert pendant que le corps apprend. Nous apprenons seuls et nous apprenons ensemble dans le même temps.

Depuis que Nguyen Thanh Thiên senseï nous a encouragés à suivre son exemple en partageant notre discipline au sein des groupes d’étude, au travers l’enseignement que j’apporte à mes élèves j’ai découvert une autre manière d’apprendre. Leurs erreurs, leurs progrès et leurs questions sont autant de pavés pour moi sur le chemin de l’étude.

Yanick Porchet

La force

Stage_STBrice_Niten_Ichi_Ryu_2016
Moji Gamae, Kodachi seiho. Yannick Bionaz et Virgil Despouy au dojo de Saint-Brice. Photographie de Xavier De Kerdrel © 2016

La force et la vitesse se confondent parfois dans mon étude alors que notre maître nous montre que la force est dans la densité et la précision du geste, dans la justesse des positions et aussi dans la lenteur. Sans le vouloir, je cherche à brûler les étapes en frappant fort, pensant y mettre ma force. Les questions et les réponses sont dans l’observation de mes aînés et étudié toujours et encore.

Le regard doit comprendre et saisir la voie de la meilleure position, de l’avantage court et lointain, de la balance des forces.

Extrait du Commentaires sur le Dokkodo de Miyamoto Musashi par Nguyen Thanh ThiênLa leçon succulente, Dokkodo 16.3.

Valérie de Berardinis

Étudier ensemble

Stage Saint-Brice Novembre 2016
Hidari Waki Gamae, Nito seiho. Élèves de Nguyen Thanh Thiên senseï guidés par Christine N., stage à Saint-Brice-sous-Forêt. Photographie Alexis Martin © 2016

En étudiant la technique ensemble, on bouge en même temps que le senseï ou les sempaï. De cette façon notre compréhension passe par l’exécution du geste plutôt que par la réflexion.

Andrea Conti

Droit devant

Stage_STBrice_Niten_Ichi_Ryu_2016
Stage mensuel de Nguyen Thanh Thiên senseï au dojo de Saint-Brice. Photographie Michel Guérin © 2016

Dans notre école, nous apprenons à avancer face à l’attaque de l’adversaire, sans chercher à l’éviter.

Aurore Lance

Le reflet du professeur

DSCN1463[1]
Keiko de la Toussaint au Parc Lejars-Rouillon à Dourdan avec les élèves du kenkyukaï. Photographie Yanick Porchet © 2016
Lorsque Nguyen Thanh Thiên senseï m’a autorisé à ouvrir mon groupe d’étude cette année, je n’avais qu’une vague idée de la richesse de l’expérience qui s’offrait à moi. Outre la difficulté de changer de point de vue, d’être à la place du professeur face à plus débutant que soi, j’ai découvert qu’enseigner est aussi une leçon.

Lorsque pendant le keiko j’observe la façon de bouger, de se comporter, la manière d’enseigner de mon senseï, je m’efforce d’être comme son reflet à mon niveau. Lorsque je suis face aux élèves du Musashi kenkyukaï Dourdan, j’observe leurs erreurs qui sont le reflet des miennes et j’en tire de nouvelles leçons qui m’éclairent à fois sur la voie de l’étude et sur la voie de l’enseignement. Elles me rappellent que je dois toujours garder en mémoire mes premiers pas dans l’école.

Yanick Porchet

Face à face

Stage_STBrice_Niten_Ichi_Ryu_2016
Hari Tsuke, Itto seiho, Aurore Lance et Valérie de Berardinis. Stage mensuel de Nguyen senseï au dojo de Saint-Brice. Photographie de Didier Lidouren © 2016

Dans notre pratique, on étudie comment avancer droit vers la personne en face, sans rien cacher.

Andrea Conti

Maîtriser, jamais rabaisser

Stage_STBrice_Niten_Ichi_Ryu_2016
Nguyen senseï et Christine N. Photographie Michel Guérin © 2016

S’il faut maîtriser l’adversaire, ce n’est jamais pour le rabaisser. Ce n’est qu’à cette condition qu’uchidachi et shidachi repartiront tous deux debouts, et dignes après le combat.

Aurore Lance